Comment le yoga a changé ma vie : l'histoire de Melanie Richards

Parlez-nous un peu de vous ?

J'ai commencé à pratiquer le yoga au début de la vingtaine et l'impact a été si profond que j'ai quitté mon emploi à Montréal et je suis retourné dans ma ville natale d'Ottawa pour suivre une formation de professeur de yoga. Quelques mois après avoir terminé ma formation, je suis retournée à Montréal et j'ai ouvert HappyTree Yoga Studio. Depuis plus de quinze ans, j'ai le privilège de servir la communauté à travers cette pratique transformatrice, principalement en offrant des cours de yoga et des formations d'enseignants.

Cependant, j'ai récemment pris une pause dans l'enseignement pour pouvoir me concentrer sur l'éducation de ma fille maintenant âgée de deux ans et de pleurer la perte soudaine de ma sœur. Le yoga continue de faire partie de mon parcours de guérison, et je suis reconnaissant de ce temps pour me tourner vers l'intérieur, traiter et apprendre de mes expériences de vie avant de sortir et de partager à nouveau le yoga.

Melanie Richards méditant dans un t-shirt Grove Campus

Quand on pense au Yin Yoga, on pense à Melanie Richards. Qu'est-ce qui vous a attiré dans la pratique du Yin yoga ?

Merci pour cette aimable reconnaissance. :)

J'enseigne ce que j'ai besoin d'apprendre ! En tant que personne qui mesurait mon estime de soi en fonction de mes performances, de mes dons et de mes réalisations, l'être, la réceptivité et l'acceptation du Yin yoga étaient révolutionnaires dans ma vie et un baume apaisant pour mon âme.

Il s'avère que je ne suis pas la seule à avoir eu besoin d'entendre ce message ! Je pense qu'il est carrément rebelle de ralentir et de s'aimer tel que l'on est, c'est pourquoi j'aime enseigner le Yin Yoga. Les longues périodes passives de Yin laissent le temps de planter des messages d'amour de soi et d'acceptation de soi pour contrebalancer la devise de la société "faire plus, être plus".

Melanie Richards, la tête posée sur un bloc de yoga du Grove Campus

Comment gérez-vous le stress et l'anxiété?

Je ne gère pas toujours bien le stress et l'anxiété, mais grâce au yoga et à la méditation, je suis devenu beaucoup plus apte à répondre qu'à réagir. mes mécanismes d'adaptation sont plus sains. Si je remarque que je suis à bout de souffle, que j'évite mes responsabilités ou que j'engourdis mes sentiments avec de la nourriture (réagissant au stress), je sais qu'il est temps de mieux prendre soin de mes besoins afin de pouvoir répondre plus consciencieusement. Prendre soin de mes besoins revient généralement à me coucher plus tôt et à faire une sadhana de yoga quotidienne (la sadhana se traduit par une discipline ou un effort conscient, généralement une pratique quotidienne dans le but de la croissance spirituelle). Ma sadhana inclura le pranayama, la prière, le mouvement et la relaxation, selon ce dont j'ai besoin. J'apprends aussi à réagir avec plus de compassion envers moi-même lorsque je tombe du wagon !

Melanie Richards faisant du yoga sur un tapis de yoga Grove Campus

Comment le yoga a-t-il eu un impact sur votre vie et vous a-t-il aidé à surmonter des défis ?

Je n'ai réalisé qu'après de nombreuses années (et avec l'aide de mon psychologue) que la raison pour laquelle le yoga était si transformateur était que j'avais grandi dans un environnement familial instable qui comprenait la maladie mentale et des émotions volatiles et imprévisibles. En conséquence, mon système nerveux s'est facilement déclenché et j'ai développé de l'anxiété.

La respiration yogique a aidé à réguler mon système nerveux ; les postures m'ont aidé à libérer mon corps physique d'un traumatisme passé, et la méditation a aidé à équilibrer mon esprit et mes émotions.

Le yoga a été la première et la plus durable des choses que j'ai trouvées pour m'aider à vivre une vie plus remplie et plus heureuse.

Melanie Richards faisant du yoga sur une roue de yoga Grove Campus

Que pensez-vous qu'il faudrait pour que nous avancions en tant que collectif?

Il faut des gens dans tous les domaines pour faire une différence. Nous n'avons pas besoin de faire de grands gestes et de sauver le monde entier. Mais, je crois que chaque effort compte pour le bien collectif. Le courage de parler quand vous savez que quelque chose ne va pas; un acte de gentillesse; être de service; l'humilité d'admettre les actes répréhensibles et de corriger le cours ; une respiration supplémentaire avant de répondre ; un sourire. Cela fait une différence lorsque nous mettons à profit nos compétences, notre passion et notre pouvoir pour le bien de notre communauté et de notre coin de la planète. Vous ne savez jamais l'ondulation que cela aura.

Que voulez-vous faire passer dans votre enseignement et comment prenez-vous ces enseignements et les pratiquez-vous vous-même.

Idéalement, j'aimerais que chacun se sente libre d'être son Soi le plus authentique sans être jugé. Je veux que tout le monde sache qu'ils sont dignes et aimables et que leur vie compte.

Je suis une étudiante éternelle, et pour citer Ram Dass, "J'aimerais que ma vie soit une déclaration d'amour et de compassion - et là où ce n'est pas le cas, c'est là que réside mon travail." Donc, en fin de compte, ma pratique est de répondre avec compassion à moi-même et aux autres.

Melanie Richards faisant un mudra dans un t-shirt Grove Campus



Related Posts

Désapprendre et réapprendre: l'histoire d'Andrew Bathory
Désapprendre et réapprendre: l'histoire d'Andrew Bathory
Andrew Bathory est un éducateur curieux et passionné de mouvements queer, un activiste communautaire et un artiste, ains
Read More
Comment le yoga a changé ma vie: l'histoire de Mica Peng
Comment le yoga a changé ma vie: l'histoire de Mica Peng
Je m'appelle Mica et je trouve facilement la beauté dans tout, mais je dirais que j'ai un amour profond pour l'écriture
Read More
Comment le yoga a changé ma vie: l'histoire d'Annabelle Picker
Comment le yoga a changé ma vie: l'histoire d'Annabelle Picker
Je m'appelle Annabelle et je viens de France. Je pratique le yoga depuis 2016 et je l'enseigne depuis 7 mois.
Read More
fr